On reparle d'inégalités

Je souhaite vous faire part de ce texte issu du livre de Michel Forsé et Olivier Galland, Les Français face aux inégalités et à la justice sociale. (Paris, Armand Colin 2011) :

 

"Si la gauche ne devait défendre qu'un seul principe de justice sociale, ce devrait être celui de l'égalité (relative) des positions sociales : telle est la conviction élémentaire d'une vie sociale harmonieuse. Quitte à sembler un peu ringard, on doit rappeler que l'égalité sociale est bonne pour les individus. Une inégalité sociale excessive accroît la délinquance et l'insécurité, elle est défavorable à la santé, elle ferme les groupes sur eux mêmes, sur leurs égoïsmes et leurs identités. Elle affaiblit aussi le civisme : on vote moins et on est moins disposé à payer ses impôts. L'inégalité sociale affaiblit le  sentiment de vivre dans la même société, elle installe la défiance et la peur des autres, elle accentue les mécanismes de séparation  urbaine et culturelle. Quand on demande aux Français quelle société leur paraît la meilleure, ils choisissent très majoritairement celle qui offre aux plus pauvres les revenus les plus élevés possibles tout en fixant l'éventail des revenus dans un espace de 1 à 4".

 

De ce point de vue, il n'est pas absurde de poser la question de la limitation des très hauts revenus. Les très hauts revenus sont une abbération morale, aggravant l'équilibre de nos sociétés et provoquant à juste titre colère et indignation. 

Elisabeth Thomas

Écrire commentaire

Commentaires : 0