HUMEUR !

Savoir que tel élu possède une maison de campagne à tel endroit, un bateau dans tel port, une piscine à Paris, ou d’autres biens ailleurs, ici ou là. Que les élus soient sommés de montrer leurs feuilles d’impôt, ne représentent strictement aucun intérêt. Qu’ils possèdent des comptes cachés à Singapour ou ailleurs, ils ne le diront pas de toute façon.

Alors que notre gouvernement « socialiste » souhaite proposer une loi (encore une !) pour que les élus fassent patte blanche concernant leur patrimoine sera l’arbre qui cache la forêt. Et les citoyens s’en foutent. Il faut quand même arrêter de nous prendre pour de parfaits idiots. Le problème, le vrai problème est bien sur ailleurs. Ce que nous demandons ce sont de vraies réformes fiscales, de vraies réformes de contrôle fiscal et de vraies réformes contre les paradis fiscaux.

(…) « En ce domaine comme en d’autres, il faut un minimum de volonté politique. Le pire serait d’amuser la galerie avec des pichenettes laissant le mal perdurer, et donc s’aggraver ». Jack Dion, Marianne.fr

Certes il est important de savoir que nos élus ne sont pas des tricheurs, mais le grand déballage, cela n’a aucun sens et ne fait pas avancer le problème des milliards qui sont soustraits chaque année à l’impôt. Et qui dépasse largement la sphère des élus de la république. Il s’agit de toutes les personnes (entrepreneur, financiers, banques…) qui jouent au jeu : je gagne donc je cache.

Pendant ce temps on tape sur les classes petites et moyennes pour payer les factures que ces messieurs, dames ne veulent pas payer. Laissons cela au petit peuple !

Retour à la barbarie, retour à l’ancien régime, comment en est on arrivé là ?

Avec l’association ATTAC, signez la pétition, page accueil, qui demande les mesures suivantes :

  • embaucher sous 12 mois au moins 1 000 agents de contrôle fiscal pour renforcer les 5 000 vérificateurs actuellement en poste.
  • exiger des banques la communication de l'identité de tous les ressortissants français détenteurs de comptes à l’étranger.
  • établir, en lien avec les associations spécialisées, une liste crédible des paradis fiscaux, ces trous noirs de la finance occulte et de la corruption
  • imposer le « reporting par pays » aux multinationales établies en France : cette transparence sur le chiffre d'affaires, les bénéfices et les impôts payés dans chaque pays permettra au fisc de déjouer les manipulations des prix de transfert entre filiales des multinationales et d'en finir avec l'évasion fiscale qui permet à Total ou Google de ne payer quasiment aucun impôt sur les bénéfices.
  • donner 12 mois aux banques opérant en France pour fermer leurs filiales dans les paradis fiscaux, sous menace de retrait de la licence bancaire.

  Elisabeth

Écrire commentaire

Commentaires : 0